LES MOLOSSES DES CLAIRES FONTAINES

 

Notre élevage familial est situé dans le village de BONNIERES dans le Pas de Calais, à la limite de la Somme.

 

NAISSANCE DE L’ELEVAGE

 

Ma première mâtine Olivia est arrivée en 1998 de l’élevage  San Basile. Il restait une mâtine noire, la couleur recherchée. Je voulais juste un chien de race et ni les concours,  ni une éventuelle portée ne faisaient partie de mes projets. D’ailleurs je ne connaissais ni le multi-champion Ovidio del Castellaccio le papa, ni son propriétaire Albin Aiello alors président du club. J’ai eu la chance de voir débouler un énorme chien noir, avec une tête impressionnante, c’était Ovidio et ma petite Olivia semblait tellement petite par rapport à son père ! Je crois que si je n’avais pas une telle admiration pour le mâtin, j’aurai pris mes jambes à mon cou. D’ailleurs je soupçonne fort son propriétaire d‘avoir testé notre motivation !

 

C’est M. Hecquet , éleveur de mâtins,  rencontré lors d’une promenade au parc régional d’Olhain, qui nous a conseillés de participer à un concours avant la confirmation. Puis tout s’est enchainé : première expo à Rouen,  première coupe, puis première Nationale d’élevage  en 1999 à Cibeins (près de Lyon) avec Olivia en classe jeune, la première Assemblée Générale du Club avec tous ces grands éleveurs et leurs chiens magnifiques.

 

L’idée d’avoir des petits d’Olivia est venue petit à petit. Nous avions  repéré un beau mâle noir Tyson de l’élevage El Mundo del Caballo à M. Mme Van Thielen, éleveurs belges. De cette union sont nés 11 magnifiques bébés, dont Ramsès et Réno, mais aussi Rémus devenu Corse. Rodrigo en Guadeloupe, Romulus, Ronaldo, Rambo, Rosco et les femelles Rhéa Silvia, Roxelanne la vosgienne et Roxanna l’alsacienne.

 

11 bébés, c’étaient « les 3 huit » : les biberons à donner pour soulager la mère, la surveillance des tétées, le tableau de service pour équilibrer tétées et biberons, les nuits courtes, le nettoyage, les lessives pour garder ce petit monde au propre, la fatigue, les fous rires et le bonheur de voir grandir tout ce petit monde. Puis sont venues les dures journées de séparation, les larmes, la joie de recevoir des nouvelles et l’inquiétude quand il n’y en avait pas.

 

Olivia malgré sa qualification de meilleure jeune femelle à la Nationale d’élevage de 1999 à Cibeins  (juge M. Dubus) n’aimait pas trop les concours, sauf en plein air sur le gazon qui lui rappelait les séances d’éducation canine qu’elle adorait.

 

Ramsès pris la relève en gagnant à 14 mois, la classe jeune mâle et aussi le trophée du meilleur jeune de la Nationale d’élevage 2011 à Cibeins, avec le juge italien Giuseppe Alessandra (créateur de l’ATIMANA). Il a également gagné la classe jeune mâle au championnat de France, avec la juge Mme Lafay,  la même année. Outre les nombreux CACS, CACIB et meilleurs de race, il a également été classé 3e en classe ouverte au Championnat du Monde à Amsterdam derrière 2 italiens avec un juge italien le Dr Alessandra. Cette 3e place avec l’élite mondiale a été un moment intense et inoubliable !

 

Et que dire de Reno, présenté par sa propriétaire Séverine Radenne : champion de France, de Belgique, du Luxembourg, Champion international et meilleur mâtin de la NE de 2004.

 

Les performances de Ramsès, de Réno, mais aussi de Rhéa Silvia et de Roxelanne nous ont permis d’être reconnus 2e meilleur éleveur de France, derrière l’affixe de San Basile. Pour une première portée, c’était d’autant plus exceptionnel que beaucoup de grands affixes étaient encore en activité. La même année Ramsès a fini en 2e position des chiens les plus primés au TOP CHIEN de la revue « Vos chiens magazine ».

 

Ensuite Vénusia des Bacchantes de Dyonisos, fille de la Championne Shuna du Domaine de Lutèce et du Champion Tenzio des Mines du roi est arrivée, superbe femelle au caractère bien trempé.

 

Une nouvelle génération est née du mariage de Ramsès et Vénusia : Brénus, Baghera ma perle noire, Badiane, Balifa, Bahia et Bellonne.

 

Brénus a  également gagné la classe jeune mâle de la Nationale d’élevage de 2007 à Reuilly (Indre)  avec la juge Mlle Boulot, et le titre de Champion jeune du Luxembourg , avec le juge italien Dr Alessandra .Mais, contrairement à son père, il n’aimait pas les concours et nous n’avons pas insisté. Ses sœurs Badiane et Baghera ont pris la suite.

 

Puis une nouvelle fille Athéna, fille du multi-champion Nunzio des Mines du Roi et de la championne Toumai des Mines du Roi, est venue agrandir la famille mâtins. Avec Brénus, Athéna nous a donné 9 adorables bébés dont Dyoniss, Darius et aussi Déus. Danaé, Daphnée,  Desla dont  les propriétaires nous ont donné régulièrement des nouvelles et aussi Douchka,  Darina et Doriane.

 

Dyoniss,  Danaé et aussi Déus et Desla nous ont également qualifiés en 2012 au 2e rang des meilleurs éleveurs de France derrière les Mines du Roi,  actuellement l’affixe le plus titré de France.

 

Dyoniss a remporté la Nationale d’élevage en classe ouverte à Amiens en 2013 avec le juge Mlle Boulot.

 

Et enfin le petit dernier : Fébus des Mines du Roi, mâle noir, fils de la championne Danunzia des Mines du Roi et d’Abou Simbel des Lys de Boissainval est venu compléter la tribu. Il a remporté le Championnat de France à Metz en 2012 (juge Mme Choisy) et son titre a été homologué la même année.

Il a été classé 1er au TOP CHIEN de la revue Vos Chiens Magazine le mâtin le plus primé en exposition en 2012.

 

LES CONCOURS

Ce sont les chiens vus en concours qui m’ont donné envie de prendre  un mâtin de Naples. Il faut préciser que dans les années 90 et début 2000, il n’y avait pas comme actuellement 2 ou 3 chiens sur les rings. En 2001, lors de la Nationale d’élevage  15 matins étaient en concurrence rien que dans la classe jeune mâle, 30 dans la classe ouverte mâle, 7 en champions femelles. Les chiens présents, outre les élevages français, venaient de Belgique,  d’Italie, d’Espagne, d’Allemagne, des Pays Bas et même de Pologne. C’était une véritable compétition.

 

Dans les Nationales d’élevage, les championnats de France, les concours en Belgique, au Luxembourg, nous avons eu la chance de rencontrer et aussi concourir avec les meilleurs éleveurs français et étrangers. Cela n’a pas toujours été facile de s’imposer, mais on prenait tellement de plaisir à sortir nos chiens que les jalousies de quelques petits exposants frustrés  ne nous ont jamais découragé.

 

 

ETHIQUE DE L’ELEVAGE

 

La santé et le bien-être de nos mastinos ont toujours été LA priorité : nourriture de grande qualité, suivi vétérinaire, environnement agréable, couchage confortable, sorties à l’extérieur et concours seulement pour les chiens qui y prenaient plaisir.

 

Avec plusieurs femelles, on avait la possibilité de faire des portées tous les ans, mais cela n’était pas le but de l’élevage. D’ailleurs les femelles choisies n’ont eu qu’une portée dans leur vie.

 

Les chiots ont grandi avec leur mère, première éducatrice. Ils ont été sociabilisés dans un environnement riche en stimulis.  Ils ont été habitués dès leur naissance aux bruits  de la vie courante (musique, télé, aspirateur, tondeuse, etc…), aux promenades en voiture, à rencontrer des chiens de races diverses, la foule…

 

Il n’a jamais, non plus, été envisagé  de « donner » et encore moins de vendre les chiens gardés sous prétexte de l’âge ou de la « retraite ». Ils ont vieilli tranquillement  dans leur environnement et ont  tous été incinérés en individuel avec retour des cendres.

 

Nous avons toujours été à l’écoute des acquéreurs  et disponibles pour prodiguer tous conseils et recommandations nécessaires à la bonne croissance des petits nés chez nous et même d’ailleurs aussi.

 

LE CLUB

 

Adhérents du Club du Mâtin de Naples de 1999 à 2015,  nous avons eu la chance aux débuts de  notre élevage de bénéficier des meilleurs conseils de  responsables qui avaient non seulement une longue et grande expérience de l’élevage, une connaissance du Mâtin et des lignées mais participaient également avec d’excellents résultats  aux grandes manifestations canines aussi bien en France que dans les championnats étrangers, d’Europe, les mondiales, l’ATIMANA … ce qui n’est malheureusement plus le cas depuis 2015.

 

--- : ---

 

Tous mes mâtins m’ont donné (et me donnent toujours) de grandes joies, de grandes peines aussi quand la maladie grave et la mort venaient les frapper. Tous ont enrichi ma vie grâce à ces petits moments de bonheur, à ces épisodes souvent drôles et tendres,  parfois tristes, mais gravés à jamais dans ma mémoire.

 

 

 

Annie Soussia

Elevage des Molosses des Claires Fontaines